Lettre du Président

Appel 2011-06-14

(téléchargez la version pdf si vous voulez imprimer cette lettre)

le 14 juin 2011

Chère Madame, Cher Monsieur,

Par cette lettre, je tiens à vous informer sur l’évolution de la situation de notre Caisse de Pensions.

Vous vous rappelez que, face à un déficit record de 2 milliards de notre Caisse de Pensions, nous étions deux mille, actifs et pensionnés, à montrer notre préoccupation lors d’une manifestation le 18 mars 2010, sous les fenêtres du Comité des Finances.

Suite à cette mobilisation notamment, un premier train de mesures a été approuvé en décembre 2010 par le Conseil du CERN, sollicitant les trois parties dans un effort équilibré :

Restaient ensuite à définir les conditions applicables à partir du 1er janvier 2012 aux futurs titulaires et aux futurs retraités. Fin juin, ce sera chose faite. En effet, la Direction vient de formuler ses propositions qui, si elles sont adoptées, mèneront les États membres à imposer des solutions qui péjorent dramatiquement les conditions de pension pour les futurs employé(e)s et amputent gravement les recettes de la Caisse. Ces conditions feront du CERN l’employeur le moins attractif parmi les organisations internationales, mettant en péril sa capacité d’engager les meilleurs et de rester à la pointe de la recherche. Même retraités, n’oublions pas que notre avenir et celui de l’Organisation sont toujours intimement liés. Souvenons-nous que le paiement de nos pensions n’est expressément garanti que par l’Organisation et non par les Etats membres.

Il y a pire encore: pour la première fois depuis quinze ans, une véritable concertation entre l’Association du Personnel (le canal statutaire par lequel aussi nos intérêts sont défendus), la Direction du CERN et les Etats membres a été rendue impossible par un Diktat du Conseil du CERN. De plus, par ce même Diktat, le Conseil d’Administration de la Caisse de Pensions (seul organe où les retraités ont leur propre représentant) a été court-circuité et, dans les faits, n'a pas été partie prenante dans les discussions. La voix du personnel, actif et retraité, a été pratiquement ignorée. Cela est inacceptable et met en péril deux principes fondamentaux du dialogue social : le mécanisme de concertation et la recherche de consensus.

L’Association du Personnel organise actuellement des réunions d’information et un référendum parmi les actifs. A l’issue du référendum, le Conseil du Personnel (où nous sommes aussi représentés par 9 délégués) décidera les actions à mener le jour du Comité des Finances, mercredi 22 juin, pour dire « NON au Diktat ! » et « OUI à une véritable concertation».

D’ores et déjà, le Comité du GAC-EPA vous invite à répondre favorablement à tout appel de l’Association du Personnel visant à nous mobiliser (actifs et retraités) pour exprimer notre désaccord aux propositions de la Direction et au Diktat des Etats membres.

Pour plus de détails:

ECHO 21-22/2011

Site Association du personnel

Le Président du GAC-EPA

H. Wenninger