Hommage

James Allaby

James V. Allaby
James V. Allaby — 1936-2009

C’est avec étonnement et tristesse que nous avons appris le décès de Jim Allaby survenu le 7 avril.  Jim est né à Preston, Angleterre, en octobre 1936.  Après l’obtention de son diplôme de physique au King’s College, il se rendit à Liverpool pour obtenir son PhD au synchrocyclotron de l’Université.  Ce fut sa première expérience sur la collision proton-proton ainsi que le début d’une amitié de toute une vie avec Bert Diddens, Attaché au CERN.

Au début des années 60, Jim se rendit au SLAC où il travailla avec Dave Ritson sur les collisions non élastiques des électrons.  Ritson appréciait beaucoup le calme de Jim et son approche systématique de chaque problème.  Il fut donc tout naturel pour Jim de rendre visite au SLAC par la suite et pour Ritson de rejoindre la collaboration DELPHI dans les années 90.

Jim vint au CERN en été 1965.  Il rejoignit le Groupe de Giuseppe Cocconi, Bert Diddens et Alan Wetherell qui préparaient des expériences de collision proton-proton, sur un faisceau à extraction lente, aux énergies les plus hautes du PS.  Ceci a conduit à la découverte de structures de collision à angle large et au comportement “disque noir” des collisions élastiques.  Jim avait une très bonne maîtrise de la langue anglaise et était l’éditeur soigneux des publications correspondantes, comme il le fut pour beaucoup d’expériences par la suite.

En 1968, un Groupe CERN, piloté par Alan, Bert et Jim, ouvrit une collaboration pour étudier la production de particules et la section croisée hadron-hadron au nouvel accélérateur 70 GeV de Serpukhov.  Jim entreprit cette mission avec sérieux et étudia le russe, bien mieux que les autres.  La bureaucratie était omniprésente et les gens à Protvino n’étaient pas autorisés à avoir des contacts non professionnels avec l’équipe CERN, mais Jim excellait à dépasser cela, grâce à son caractère, son entregent et sa connaissance de la langue.

Le rôle de Jim dans les relations avec l’Europe de l’Est continua pendant le temps du SPS, dans le cadre du Comité Scientifique Commun pour la cooperation entre CERN et IHEP.  Plus tard, il fut co-président d’un comité similaire pour la coopération entre CERN et JINR.

En 1970, le Groupe CERN rejoignit le Groupe Rome-ISS (Istituto Superiore di Sanità) qui avait proposé d’étudier les collisions élastiques à faible angle sur les ISR (Intersection Storage Rings) alors en voie de finition, en utilisant la technique connue comme “Romans Pots”.

Jim participa à la phase initiale de l’expérience:  plusieurs découvertes en résultèrent y compris l’intersection croissante proton-proton.  Dans le meme temps, il s’impliqua de plus en plus au service de la communauté de la physique, comme coordinateur PS en 1970 et plus tard comme membre du groupe préparant le programme d’expériences du SPS.  John Adams le nomma alors Coordinateur de la Physique dans ce programme, en étroite collaboration avec les Groupes Expérimentaux Locaux, et le chargea d’attribuer les zones et les faisceaux.  Cette coopération fructueuse a conduit à l’élaboration de la configuration initiale des faisceaux et à tous les appareils de détection et d’identification nécessaires.  Dans cette activité, Jim déploya les qualités particulières de quelqu’un toujours prêt à servir sa communauté en ajustant sa propre vision des choses, et en proposant des compromis et des décisions raisonnables pour ne pas fâcher ses partenaires.

L’intérêt personnel de Jim au SPS le portait vers les études sur les interactions à courant neutre du neutrino, réalisées par la Collaboration CERN-Hambourg-Amsterdam-Rome-Moscou (CHARM).  Ceci incluait des tests sur la nature des interactions à charge de courant, fondées sur la mesure de la polarisation des muons produits dans la faisceau du calorimeter fer de l’expérience CDHS.  Ceci demandait de transformer le calorimetre en marbre de 400 tonnes de CHARM en un polarimètre muon. Jim fut très actif dans la construction du détecteur et, en particulier, dans sa transformation.

A la fin des années 70, Jim devint l’un des pères fondateurs de l’expérience DELPHI.  Il a joué un rôle important dans la conception du détecteur RICH pendant la phase qui a conduit du détecteur initial sphérique à la version cylindrique finale.  DELPHI a été la première collaboration à intégrer plusieurs divisions du CERN et dans laquelle les responsabilités du Chef de “Groupe CERN” étaient distinctes de celles du porte-parole. Jim en fut le Chef de Groupe pendant plusieurs années avec son engagement, son efficacité et son style de direction amical usuels.  En parallèle, il gérait le Projet d’Acquisition de Données DELPHI depuis sa conception jusqu’à sa réalisation en 1989.  Jim fut nommé Chef de Division quand Carlo Rubbia était Directeur général, et dans ces fonctions il assura un ferme soutien au programme LEP.  Il fut aussi chargé des relations avec les Etats non membres.

Après son mandat de Chef de Division, Jim a rejoint la Collabaration L3 au LEP.  Il fit des contributions importantes à beaucoup des publications sur le L3 et fut Président du Comité de Publication L3.  Après L3 il a travaillé sur l’expérience AMS en participant à la préparation du premier vol de la navette AMS,ainsi que pour la mission AMS dans la Station Spaciale Internationale.

A sa retraite, Jim est devenu membre du Comité de l’Association des Pensionnés CERN-ESO (GAC-EPA), cette fois encore dans un esprit de service à la communauté des pensionnés du CERN et de leur famille.

Nous partageons la tristesse de sa famille et nous adressons nos plus sincères condoléances à Jean et Mark.

Ses collègues et amis

Jean et Mark Allaby adressent leurs remerciements à tous ceux qui ont assisté aux funérailles de Jim.  Ils expriment leur gratitude pour tous les gentils messages, les cartes de condoléances et pour les dons généreux à la Recherche contre le Cancer.