Hommage

Klaus Göbel

Klaus Goebel
Klaus Göbel — 1926-2009

 

Klaus Goebel, figure de proue au CERN en matière de radioprotection, nous a quittés le 1er octobre 2009.

Klaus arriva au CERN en 1956 en même temps que Wolfgang Gentner dont il avait été l’assistant en 1954-55, après avoir obtenu un diplôme en économie et un doctorat en physique à l’université de Fribourg en Allemagne.

En ces tous débuts de l’existence du Laboratoire, Klaus mesura les concentrations en isotopes dans les météorites et, en tant que chef du groupe de recherche sur la spallation, il utilisa le Synchrocyclotron (SC) pour mesurer la production d’isotopes par les protons.  Cet intérêt pour la mesure d’éléments à l’état de traces le porta naturellement à rejoindre en 1962 le groupe de Physique de Santé.  Il assuma successivement les tâches de radioprotection au SC puis au PS en tant que chef de section puis adjoint au chef de groupe.  En 1969-70 il passa un congé sabbatique au Lawrence Radiation Laboratory à Berkeley en Californie.

Quand Klaus fut de retour au CERN le travail préparatoire pour la construction du Super Proton Synchrotron (SPS) avait démarré et, en 1971, John Adams fit appel à lui pour prendre la tête du Groupe Radioprotection chargé de la conception du Système de Protection contre les Radiations du SPS.  C’était le tout premier système de détection et d’alarme de radiation contrôlé en temps réel par ordinateur et couvrant à la fois le tunnel de l’accélérateur (protection du matériel), les zones expérimentales (protection des personnes) et le site (protection de l’environnement).

Après l’achèvement du SPS en 1976 Klaus assuma la responsabilité de la sécurité contre les radiations pour l’ensemble du CERN, le groupe Physique de Santé devenant alors le groupe de Radioprotection.  La conscience accrue des risques radiations nécessitait de fréquentes révisions des procédures et la mise à disposition d’une information complète aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du Laboratoire, en particulier lors du planning du Grand Collisionneur Electrons Positons (LEP).

L’attention portée par le public aux questions de radiations augmenta considérablement après l’accident sur la centrale de Tchernobyl en 1986.  En raison de son apport au domaine de la radioprotection, Klaus fut élu Président du Fachverband für Strahlenschutz (la Société de Radioprotection en Suisse alémanique) en 1988, pendant la période critique qui suivit l’accident.  Durant toute sa carrière au CERN son expertise fut maintes fois sollicitée, par exemple pour le projet de source de neutrons de spallation à Karlsruhe et pour le système de radioprotection du projet de fusion JET à Culham au Royaume Uni.

Klaus laisse son épouse Elfriede et ses deux enfants à qui nous adressons nos sincères condoléances.

Ses anciens collègues et amis