Hommage

Christian Roy


Christian Roy — 1936-2016

Christian Roy nous a quittés le 31 janvier dernier. Il avait 79 ans. Sa disparition a profondément touché tous ceux, très nombreux, qui l’ont côtoyé et fréquenté au cours de sa très longue carrière au CERN. Ses proches collègues et ses chefs connaissaient bien ses qualités professionnelles et son extrême dévouement au service de l’Organisation. Mais c’est à ses qualités d’homme que nous pensons aujourd’hui, celles qu'il a mises au service de l’Association.

En effet, Christian Roy a fait partie du petit nombre de délégués du personnel qui, pendant de longues années, ont sacrifié une part importante de leur temps de loisir et de leur vie familiale pour travailler à l’amélioration des conditions de vie de leurs collègues, actifs ou pensionnés, présents et futurs. Parmi ces délégués, certains ont joué un rôle particulier dans l’histoire des relations sociales de l’Organisation parce qu'ils ont activement travaillé, durant une longue période, à améliorer ces relations. Pour Christian Roy cette activité a été particulièrement intense et longue. En effet, tout récemment encore, en 2014, ne s’était-il pas engagé au GAC-EPA pour s’occuper des problèmes des pensionnés face à l’administration fiscale française?

Christian a d’abord été, pendant de longues années, membre du Comité exécutif et Président de l’Association du Personnel. Quelques années auparavant, un de ses prédécesseurs à la présidence de l’Association, avait donné une orientation nouvelle aux relations avec la Direction. Il avait aussi instauré de nouvelles méthodes de travail en groupe, notamment pour faire valoir le point de vue du Personnel dans la gestion du système de pensions.

Christian Roy a tiré profit de ces changements pour élargir le rôle de l’Association. Poussé notamment par son goût pour les questions juridiques, il a amené celle-ci à intervenir plus activement dans l’élaboration des textes qui régissent le droit du travail. Il l’a aussi conduite à peser réellement dans les décisions concernant plus généralement toutes les conditions d’emploi du personnel. C’est ainsi qu'il a marqué de son empreinte les relations sociales dans l’Organisation.

Sa largesse de vue et ses indéniables talents d’orateur lui donnaient souvent un pouvoir de conviction auquel il était difficile de résister. Nous nous souvenons de la détermination avec laquelle, en dépit des réticences de nombreux délégués, il avait réussi à organiser dans le CERN une première manifestation du Personnel, qui s’était massivement mobilisé dans un impressionnant cortège, pour montrer au Comité des Finances son ferme refus des mesures qu'il s’apprêtait à prendre.

C’est sous sa Présidence aussi que l’Association a pris l’initiative des rencontres informelles avec les délégués d’États membres. L’objectif était de mieux préparer les discussions formelles portant sur les questions de politique du personnel, grâce à une meilleure connaissance des points de vue des uns et des autres. Ces rencontres perdurent en raison de leur utilité avérée pour toutes les parties.

Quelques années après sa présidence, Christian avait encore accepté de représenter l’Association avec le Président de l’époque et le Vice-Président au sein de la Commission RESCO pour la Révision Quinquennale de 1980. Cette participation de l’Association à ces travaux était alors toute nouvelle et nos trois représentants n’y siégeaient que sur ”invitation” de la Direction. Il a fallu attendre quelques années encore pour que cette Commission devienne officiellement la Commission Tripartite que nous connaissons aujourd’hui, où la délégation de l’Association siège à part entière.

Par ses qualités personnelles, Christian Roy a joué un rôle important dans ces grandes étapes des relations entre les instances dirigeantes du CERN et le Personnel. C’est à ces qualités-là que tout le Personnel doit beaucoup et ce sont elles qui resteront gravées dans nos mémoires.