Hommage

Bruno Zotter


Bruno Zotter — 1932-2015

Bruno Zotter est décédé le 22 décembre 2015. Il restera l’un des plus éminents théoriciens de la physique des accélérateurs : ses contributions ont été essentielles dans la période récente du développement des accélérateurs de particules qui a suivi la compréhension de la stabilité d’une particule et dont le nouveau défi était de comprendre l’interaction entre les particules d’un faisceau intense d’une part, et entre le faisceau et son environnement d’autre part.

Bruno fut la bonne personne au bon moment. Sa thèse à Vienne (au Technische Hochschule Wien) traitait déjà du calcul des champs électromagnétiques dans les cavités hautes fréquences, un des sujets qui l’ont accompagné tout au long de sa carrière. Après avoir brièvement travaillé au bureau international des brevets à La Haie (Pays-Bas), Bruno commença sa longue carrière par l’étude des tubes à ondes progressives à faible bruit dans un laboratoire du New Jersey (Etats-Unis). Le déclin prévisible de ce domaine de recherche dû à l’émergence des applications des semi-conducteurs l’a conduit à se tourner vers la physique des faisceaux pour l’accélérateur ISR du CERN, où l’importance des phénomènes de haute intensité a été identifiée dès la phase de construction.

Bruno a perfectionné des modèles existants et en a développé d’autres en favorisant toujours une approche analytique. Ses nombreuses contributions ont posé les fondations d’une augmentation constante du courant de faisceau de protons circulants jusqu’à 40 A. Il avait une propension pour la théorie et les mathématiques, comme en témoigne son travail sur les sommations infinies de séries algébriques et de séries de Fourier, mais il participa aussi au travail expérimental en parallèle de ses avancées théoriques. Ses contributions ont couvert des domaines aussi divers que les phénomènes de charge d’espace, les effets faisceau-faisceau ainsi que la définition et la détermination de l’impédance de couplage de l’accélérateur qui caractérise les limitations d’un accélérateur liées à l’interaction du faisceau de particules avec une chambre à vide, en particulier la dépendance de cette interaction avec le spectre fréquentiel du faisceau. Il appliqua ensuite toute sa perspicacité au SPS qui, après son démarrage, commençait à être affecté par des effets de haute intensité et il participa activement aux études du CERN sur les différentes options d’un nouvel accélérateur qui pourrait succéder aux ISR à la frontière des hautes énergies, dont les exemples les plus importants sont le LEP, le LHC et le CLIC.

Le LEP a offert un terrain de jeu idéal pour Bruno, en particulier l’interaction des paquets d’électrons très courts et très intenses avec la chambre à vide et en particulier les nombreuses cavités Radio-Fréquences (RF). Une liste impressionnante de publications illustre le niveau de son investissement pour le domaine, pour lequel il a su exploiter au maximum l’augmentation exponentielle de la puissance de calcul des ordinateurs afin d’affiner les simulations des effets collectifs. Conférencier apprécié dans les écoles d’accélérateurs et les séminaires, il a aussi su trouver le temps de résumer la partie principale de son travail dans le livre "Impedances and Wakes in High -Energy Accelerators " écrit avec son ami Sam Kheifets de SLAC.

Sa compétence, son attention ininterrompue pour les sujets de recherche de haut niveau sur l’électro-dynamique appliquée à la physique des accélérateurs ainsi qu’un don extraordinaire pour guider les recherches et transmettre son savoir ont attiré un nombre incroyable d'étudiants et de visiteurs sous son aile. Nombre de visiteurs se souviennent avec gratitude de son aide généreuse pour surmonter tous les obstacles bureaucratiques et profiter pleinement de la région genevoise. Ses collègues se souviennent de lui comme d’un partenaire de discussion à la fois ouvert, indépendant, souvent sarcastique. Il était connu pour réfléchir avec obstination sur des problèmes apparemment trop difficiles ou pénibles pour le reste d'entre nous, mais qui représentaient, par conséquent, un défi suffisamment intéressant pour lui pour mériter toute son attention ; après gestation, il dévoilait alors sa solution avec discrétion. Il est resté actif dans le domaine même après sa retraite en 1997, demeurant un tuteur, un partenaire de discussion et un co-auteur très apprécié avec un vif intérêt pour les derniers développements et résultats de mesure obtenus dans les différents accélérateurs du CERN, accélérateurs dont la performance continue d’être poussée année après année.

Nous avons apprécié au fil des ans sa compétence et sa bienveillance et son humilité et nous sommes fiers d'avoir eu la chance de travailler avec lui, que ce soit comme collègue, visiteur ou étudiant.

Ses amis et collègues.