Hommage

Horst Wenninger

Horst Wenninger
Horst Wenninger — 1938-2020

Comme directeur du CERN, un des premiers présidents du GAC-EPA, Horst Wenninger a joué un rôle clé dans l’approbation du LHC et dans la mise en place du transfert des connaissances au CERN.

Un chef de service récemment promu au CERN était en colère.  Certains éléments du personnel dont il avait hérité avaient manqué à leur devoir et pas été capables d’achever un équipement dans les temps et dans le cadre budgétaire promis.  Furieux, il s’en est plaint.  Vingt minutes plus tard, il ressortait du bureau de son superviseur, Horst Wenniger, calmé et satisfait.  On a eu de bonnes raisons pour surnommer Horst Wenniger « M. Valium ».

Des physiciens éminents et ceux qui aspiraient à le devenir, auraient pu chercher conseil et assistance auprès de Horst.  Il donnait universellement confiance car il ne volait pas les idées et ne représentait aucune une menace.  Il savait comme personne quel était son chemin dans le CERN et qui contacter pour que les choses avancent (et dans l’urgence, comment les obtenir pour les réaliser).

Avant de devenir physicien, Horst avait envisagé de devenir diplomate.  D’une manière ou d’une autre, il s’est attaché à combiner les deux professions, cela, dans l’intérêt du CERN.  Il cultivait l’art de mettre en contact les scientifiques, les ingénieurs et les administrateurs, toujours dans l’esprit d’aboutir à un objectif.

Horst est né en 1938 à Wilhelmshaven, troisième enfant d’un officier de marine.  Sa prime enfance s’est déroulée avec sa mère et ses trois frères et sœurs près de Dresde.  Quand la guerre a pris fin, la famille s’est installée à Heilbronn (dans le Bad Württemberg).  Il a rencontré son épouse et fondé sa famille, tout en étudiant à l’université d’Heidelberg où il obtint en 1966 son Phd en physique nucléaire.  En 1968, il a rejoint le CERN pour participer à la Grande Chambre à Bulles Européenne (BEBC).

Dès le début, Horst était inspiré par le CERN.  Il y a satisfait à la fois son intérêt pour la physique et son penchant pour la diplomatie.  Il a vu l’importance du laboratoire à établir des collaborations pacifiées à l’échelle du monde et savouré de participer à cette aventure.

Sans surprise, Horst a été identifié comme un meneur, tout d’abord en tant que coordinateur du programme de la BEBC en 1974.  En 1980, il alla à DESY pour travailler sur le collisionneur électrons-positrons en préparation du LEP, pour retourner ensuite au CERN en 1982, afin de conduire le groupe de la BEBC.  En 1984 il a été le chef de la Division des Facilités Expérimentales, apportant le support à Omega, UA1 et UA2.  Pour la R&D et la construction des détecteurs du LEP, Horst souhaita apporter un nouveau style de collaboration : pour la première fois, la majeure partie des éléments ont eu à être financés, développés et fournis par des groupes extérieurs avec une coordination centralisée au CERN.  En 1990 il devint le chef de la Division des Technologies de l’Accélérateur (AT), comprenant les meilleurs groupes de technologie travaillant sur le LEP2, la R&D sur les aimants supraconducteurs du LHC avec en plus les technologies spécifiques du LHC, comme le vide et la cryogénie.  En tant qu’adjoint au chef du projet LHC en 1993, sa profonde connaissance du CERN couplée à ce qui aurait pu être possible en terme de réduction des coûts et d’inévitables restrictions de personnels, ont été vitales pour la réévaluation du projet du LHC.

Horst a été le Directeur de la Recherche et Technologies du CERN de 1994 à 1999.  L’approbation du LHC était espérée pour 1994.  Toutefois, le jour précédant le vote crucial du Conseil du CERN en décembre de cette année, la délégation allemande n’était toujours pas autorisée à apporter son soutien.  Dans une action avancée dans la nuit, Horst a arrangé un contact avec le bureau du Chancelier allemand avec, pour mission, d’influencer le ministre responsable.  Sa réaction énigmatique fut jugée opportunément d’un grand secours par le délégué allemand comme feu vert, un geste déterminant pour le bien du CERN.  Horst fut élevé par la suite à l’Ordre du Mérite de la République Allemande.

En 2000, il a aidé à lancer la division du Transfert des Technologies du CERN (TT) et présidé le Conseil Consultatif de la Technologie.  Il contribua aussi à l’exécution de l’initiative italienne du LAA pour la R&D du détecteur du LHC.  Grace à lui le livre de 2017 « La technologie rejoint la Recherche – 60 ans de technologies au CERN : un résumé choisi » a été édité, une contribution à l’importance qu’il associait à la technologie dans la vie du CERN.

Horst a pris sa retraite du CERN en 2003 mais a poursuivi et apporté ses contributions majeures grâce à sa vaste expérience en physique, en technologie et en management et à son réseau international.  GSI, à Darmstadt s’est récemment embarqué dans le projet FAIR, plus largement qu’initialement prévu pour ce laboratoire.  Horst fût appelé comme aide : ses singuliers talents furent essentiels voire vitaux, à tracer une voie commune en avance sur son temps, quand la science, la technologie et la politique tiraient dans différentes directions.  Il contribua à apporter une aide avec sa substantielle expertise sur les accélérateurs du CERN et, plus tard, un appui sur lequel compter pour de majeures contributions « en nature » ; il apparaissait comme naturel chez Horst de mener à bien une complexité de services et une fragile organisation et approvisionnement.  Quand en 2019, l’Union Européenne a approuvé « l’Institut du Sud-Est Européen pour le Développement Durable des Technologies (SEEIIST), Horst fût chargé de le coordonner en Phase 1.

En parallèle avec ses activités scientifiques et diplomatiques, Horst trouva aussi le temps d’être le vice-président, puis le président du GAC-EPA et nous a enchanté avec ses discours animés aux assemblées annuelles.  Au cours de son mandat, les pensionnés qui étaient représentés comme de simples observateurs au Comité de Gouvernance de la Caisse de Pensions, se virent accorder un siège avec des pleins droits, mais ceci réclamait la création d’une association incluant formellement les bénéficiaires CERN et ESO de la Caisse de Pensions.  Horst a été alors la bonne personne à la bonne place.  Les membres du Comité du GAC le retiendront comme un dirigeant affable mais ferme et efficace.

Horst a laissé son empreinte au CERN.  La communauté au sens large a immensément bénéficié de ses contributions dans ses rôles de conseiller tout au long de sa vie.  Nous avons perdu un remarquable collègue, et un bon ami par son enthousiasme, ses conseils et sa sagesse dont nous avons tous profondément profité.

Il laisse dans le deuil son épouse, Gisela.

Ses amis et collègues.


X—0.5ms [54.173.214.227]